Avec Cosmos Vintage nous avons décidé d’unir les acteurs du vintage, qu’ils soient professionnels du secteur, artistes ou passionnés. Nous voulons honorer la culture vintage en nous éloignant des stéréotypes à travers d’interviews, d’éditoriaux de mode et bien plus encore.

Le lièvre et la tortue de la Génération Y

img_0212-1.png

À seulement 22 ans, Bastien s’est lancé dans une aventure prometteuse pour l’avenir de la mode de demain : ouvrir une friperie en ligne et présenter ses trouvailles sur des pop-up stores éphémères. 

Influencé par la mode streetwear, Turtle Frip propose des articles chinés dans les 4 coins de la France, mais aussi en Belgique et aux Pays-Bas, et milite ainsi pour une mode plus éthique et plus douce pour notre planète.

On vous laisse découvrir son histoire à travers cette interview réalisée par Amélie de chez Cosmos Vintage.

Comment Bastien, 22 ans, a-t-il décidé de se lancer dans l’entreprenariat d’un monde plus responsable, à travers la friperie ?

Salut Amélie ! Tout d’abord un grand merci à toi et à Cosmos Vintage pour l’invitation !

Pour commencer j’ai toujours eu envie de créer, d’être mon propre patron pour faire bouger les choses. Il fallait juste que je trouve la chose qui me fasse vibrer. Je commençais à être dans une démarche responsable alors j’ai tenté la sape d’occasion et vintage pour voir si ça me plaisait.. j’ai kiffé dès le début !

Turtle Frip a donc été lancée dans cette démarche de démocratiser la seconde main, pour faire face à la fast-fashion. Proposer des vêtements de qualité et au goût du jour c’est vraiment mon but. Je n’ai pas envie que seuls les fans de vintage viennent sur Turtle Frip, je veux vraiment que ceux qui achètent en fast-fashion aujourd’hui se dirigent vers la slow-fashion demain (que ce soit chez Turtle Frip ou ailleurs).

Le nom de ta fripe à suscité notre curiosité…Peux-tu nous expliquer sa signification ?

Turtle Frip c’est tout simplement un clin d’œil à la slow-fashion et à la protection de la planète.

Turtle c’est pour la lenteur (= la slow fashion, mouvement en opposition avec la fast-fashion). Il y a également la carapace qui représente la protection.

J’aimais bien aussi cette image de tortue puisqu’elle vit assez longtemps, tout comme un vêtement s’il est de bonne qualité et qu’on en prend soin.

Ton univers reste attaché à une tendance très américaine et urbaine, pourquoi ce choix de style ?

Tout simplement parce que c’est le style que j’aime et que je porte. J’écoute du rap depuis toujours et j’ai fais du hip-hop pendant plusieurs années donc le choix était un peu une évidence pour moi.

As-tu une anecdote qui te vient à l’esprit et que tu as envie de nous partager, sur ta friperie ou pendant sa création ?

Aujourd’hui je vois des sweats, des marques que je rêvais d’avoir étant plus jeune mais qui m’étaient inaccessibles, soit par leur prix neuf ou introuvable en France. Si le Bastien de 12 ans voyait tout ça je pense bien qu’il deviendrait fou aha.

Penses-tu que tu as été influencé par un moment de ta vie, une personne, ou même un objet, par rapport à ton engagement dans une mode responsable ?

Carrément ! En 2018 je suis parti au Canada, j’avais envie de découvrir autre chose, notamment d’autres paysages.

À cette époque, j’entendais beaucoup plus parler d’écologie et je crois m’être dit que je voulais revenir dans quelques années, voir toujours autant de neige et de paysages naturels. Ça a dû commencer comme ça.

J’ai aussi découvert une friperie là-bas, à Montréal, j’ai kiffé son concept et je me suis dit « ça serait ouf de créer ça à Roubaix ».

Au fur et à mesure j’ai commencé à mieux consommer, que ce soit pour les vêtements, l’alimentation ou même les produits de tous les jours.

On a complètement craqué sur les cache-pots recyclés avec des ballons de sports, comment as-tu eu l’idée ?

L’idée ne vient pas de moi, mais j’aurai bien aimé forcément aha ! Un soir je regardais ce qui se faisait un peu aux États-Unis en vintage et je suis tombé là-dessus. Incroyable ! J’ai directement accroché ! 

Mais j’ai vu qu’ils utilisaient uniquement des ballons neufs. Dans ma tête c’était genre « dommage d’utiliser des ballons neufs, autant sauver ceux qui ne servent plus ou ceux qui ne peuvent plus servir ».

Donc toujours dans cette démarche de redonner vie aux vêtements, j’ai voulu redonner vie à des ballons en créant un bel élément de déco qui, selon moi, rejoint bien l’univers de Turtle Frip.

On aime bien poser cette question alors…Quelle est ta pièce vintage préférée ?

Belle question aha !

Sans hésitation c’est un bon sweat vintage, avec une coupe un peu large/oversize, une matière plutôt épaisse et de bonne qualité (généralement un Made in USA).

Ce qui est vraiment cool avec un sweat comme ça, c’est qu’il peut se porter tous les jours, à n’importe quel moment de la journée; pour faire du sport, pour chiller, pour sortir, et même pour aller bosser (si ton boulot le permet).

Personnellement, j’en porte tous les jours.

Vous pouvez retrouver Turtle Frip sur Instagram turtlefrip et sur son site internet turtlefrip.com/

Partager:

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close